TRANS-IRE

Benvenuti

TRANS-IRE – Riceviamo da Morena Campanie volentieri pubblichiamo.

Conférence de PRESSE TRANS-IRE
Posta in arrivo 2 ott 2019

a ReExister, Alfredo, anna, Arnold, Saïda, France, Mariette, GOLSE, Bernard, Marie-Jose, Blandine, Corinne, gisele, Vivianne, Catherine, marie-hélène, Dolaana, Le, elise, esther, Emilia, FFM, me, Francesca, Forum, Ghada, Gérard, Ghada, Olivia, Mireille, Remi, ines, info, indira, Istituto, Aylana, migliolix@gmail.com, Lazzarino, leonardo, Laura, xavier, Louis, Mieko, paul, noraidir07, Nathalie, NERAT, Cristina, Laurence, Lola, Cristina, Mariella, Pauline, antonietta, jean, La, Sorkasm, Valentin, Christian, Simone, Ercolina, Lyubomir, WERY, Wolfgang, goulet, xavier, Flore, Yael, MEDITERRANEAN, joelle, juliencoh, Chérif, Axelle, Nabil, annalindhforum, Laura, Laura, Sergio, alexandra, alexandra, paolo, Paolo, Paolo, michele, michelle.perrot2, michele, federico, Federico, giorgia, , Lucilla, Lucilla, Lucile, BRET, Lucile, Paola, Paola, 2maiaborelli, Christine, Stéphane, Stefanie.Prezioso, Stefano, ALTERNATIVES, BESNAINOU, Loïc, CATTP, Nicolas, Ville

TRANS-IRE

Bonjour !
Nous inaugurons une Université Populaire intitulée à Ernesto De Martino et Diego Carpitella.
Elle portera le titre de TRANS-IRE et s’occupera des rituels de passage, tous… de la naissance à la mort, la trance, le passage à l’âge adulte, le passage de frontière…
SAMEDI 12 octobre à 14h00
Salle des Mariages à la Mairie du 2ème arrondissement – PARIS
avant l’inauguration qui se tiendra à 16h dans les mêmes locaux.
Les intervenants de la journée seront :
Giovanna Marini, Comité d’honneur
Morena Campani, Présidente
Alfredo Ancora, responsable du Comité scientifique
et d’autres invités.
Ci-joint vous trouverez la présentation, le flyer, le livret avec les détails nécessaires pour en parler et pour s’inscrire…
Je vous remercie de porter le maximum d’attention aux propos de cette belle initiative !
Cordialement,
Morena CAMPANI
Présidente de TRANS-IRE

TRANS-IRE

Université Populaire De Martino – Carpitella PARIS

Métaphore de la rencontre par ses voix, ses religions, sa nourriture, cette université populaire nait à Paris visant à la recherche, la collecte, la sauvegarde et la transmission des rituels de passage, des traditions de guérison et des cultures thérapeutiques… Cette transmission est millénaire, ancrée dans le sacré d’une terre entre l’eau bénite et l’eau salée.

Université Populaire De Martino – Carpitella, PARIS

TRANS-IRE

S’intéresse aux passages tels la naissance, l’endormissement, la peur, la possession, le dépaysement, la migration, la transe, le clivage culturel, la maladie, la torture, la cure, la magie, la honte, la mort… et les violences qui souvent y sont associées. Les pratiques qu’on y développe s’appuient sur le corps et la voix : l’expression vocale polyphonique (résultat de la rencontre), la voix de l’âme et l’expression corporelle, alchimie partagée entre gestuelle et danse.

Université Populaire De Martino – Carpitella, PARIS

60 ans après « la terre du remords » 60 ans après l’expérience du tarentisme de juin 1959, l’ancien rite paysan caractérisé par la tarantula, étudié par l’équipe d’Ernesto De Martino dans le Salento (le sud des Pouilles) 60 ans après le passage de la culture du mal-être (l’araignée qui mord et empoisonne) au bien-être (la musique et la danse, la pizzica) par le pouvoir extatique et thérapeutique

Université Populaire De Martino – Carpitella, PARIS

L’élément de départ de nos recherches est le phénomène de « transe » ce modèle thérapeutique qu’on retrouve dans le tarentisme, la derdeba maghrébine, le zar éthiopien, le ndoep sénégalais, le chamanisme et d’autres phénomènes.

Ernesto de Martino, historien des religions, expliquait le phénomène comme veiné de syncrétismes : il voyait la transe comme une éventualité émotive induite par le paroxysme de la musique et de la danse. Son concept dela « crise de la présence » qui caractérise les conditions de précarité de l’être humain et de son être historique, est encore actuel et peut concerner aussi l’ère post-moderne.

Université Populaire De Martino – Carpitella, PARIS

La terre du tarentisme selon Kaspar Schott « Magia universalis naturae et artis » – (Bambergae 1659)

Diego Carpitella, ethnomusicologue, parlait d’exorcisme choréo-musical, affrontant la question de l’ethnologie d’urgence qui concerne les rapports entre sociétés complexes et sociétés traditionnelles : Notre planète s’est transformée si rapidement qu’elle court le risque de perdre son identité.

Université Populaire De Martino – Carpitella, Paris

TRANS-IRE

est dédié à De Martino et Carpitella pour en valoriser leur pensée, du point de vue historique et culturel avec un regard ouvert sur les autres cultures. C’est un lieu de partages de savoirs, un terrain de rencontre pour la transmission.

Université Populaire De Martino – Carpitella, PARIS

TRANSMISSION des SAVOIRS et MODALITES TRANSCULTURELS

Université Populaire De Martino – Carpitella, PARIS

Université Populaire De Martino – Carpitella, PARIS

CALENDRIER 2019-20

-  12/13 octobre 2019 : Le dernier passage

-  25/26 janvier 2020 : La berceuse, première danse

-  25/26 avril 2020 : Sacralité et virginité

-  27/28/29 juin 2020, Saint Paul : Les rituels de guérison

Université Populaire De Martino – Carpitella, PARIS

CALENDRIER 2020-21

-  17/18 octobre 2020 : Colonisation et décolonisation -  23/24 janvier 2021 : Passage de frontière et violence des passages -  24/25 avril 2021 : Le passage à l’âge adulte -  26/27/29 juin 2021, Saint Paul : Les rituels de guérison 2

Université Populaire De Martino – Carpitella, PARIS

CALENDRIER 2021-22

-  16/17 octobre 2020 : La crise de la présence et la dissociation -  22/23 janvier 2021 : Les naissances d’une vie -  2/3 avril 2021 : La honte et la vergogne -  25/26/29 juin 2021, Saint Paul : Les rituels de guérison 3

ORGANIGRAMME

– Comité d’honneur : Giovanna MARINI et Georges DIDI-HUBERMAN – Comité scientifique, sous la direction de Alfredo ANCORA (Co-fondateur) : Joëlle Aden, Laure Adler, Sorour Asmaï, Marina Bakhmatova, Martina A. Catella, Sara Carpitella, Erminia Colucci, Ghita El Khayat, Bernard Golse, Ghada Hatem, Rémi Hess, Chérif Khaznadar, Marie Lecomte-Tilouine, Paul Martino, Théodora Psychoyou, Pauline Schmitt-Pantel, France Schott-Billmann, Viviane Thibaudier, Christian Tremblay, Francesco Vacchiano, Catherine Wihtol de Wenden, Lyubomir Zlatev – Comité de pilotage : Mariette Barret, Marta Carmassi, Arnold Castelain, Sara Colonna, Olivia Hicks, Pierre Lafitte, Nathalie Marchât, Marianne Minder, Elisabetta Mastromarino, Valentin Schaepelynck – Intervenants : Valeria Cimo’, Anna Dego, Nora Idir, Marie-France Jaunet, Joséphine Lazzarino (Co-fondatrice), Saïda Naït-Bouda, Yerso – Vice-Présidente : Joséphine Lazzarino – Présidente/Fondatrice : Morena Campani

Université Populaire De Martino – Carpitella, PARIS

Université Populaire De Martino – Carpitella, PARIS

Les Partenaires
Association de rencontres chamaniques « Where eagles fly », Rome Centre Danse du Marais, Paris Istituto Ernesto DE MARTINO, Florence Mairie du 2ème arrondissement – PARIS Hôpital Universitaire NECKER des enfants malades, Paris Fondation Anna LINDH

EN COURS : Université Paris VIII MSH Paris Nord

Université Populaire De Martino – Carpitella, PARIS

LES CAHIERS DE L’UNIVERSITE POPULAIRE DE MARTINO – CARPITELLA   Partenaire Editorial : Les Editions L’Harmattan mettront à disposition son expérience pour publier la collection complète des « CAHIER + VOD », une collection des actes des différentes séances trimestrielles de l’Université.

TRANS-IRE

TRANS-IRE

Samedi, 12 octobre 2019  Mairie du 2ème arrondissement de Paris 8,rue de la Banque – 75002 Paris

15h30 : Accueil du public
16h00 : INAUGURATION de l’Université Populaire
DISCUSSION autour du « DERNIER PASSAGE », les rituels autour de la mort.
Dans notre culture méditerranéenne, les rites de deuil sont associés à un ensemble de manifestations émotionnelles souvent exécutées en public. Ces émotions ritualisées impliquent les actrices du rituel : les chanteuses et les « pleureuses » qui observent des caractéristiques adaptées : postures, paroles de tristesse, la voix aigue afin de se mettre en contact avec l’au-delà, démonstrations bruyantes (pleurs et cris).
Avec Giovanna MARINI, ethnomusicologue, Alfredo ANCORA, psychiatre transculturel
et d’autres invités…
19h00 : Ouverture des INSCRIPTIONS à l’Université Populaire
19h30 : Apéro/concert – Giovanna MARINI : Chants-rituels de l’Italie du Sud
Dimanche, 13 octobre 2019  Centre de Danse du Marais 41 Rue du Temple, 75004 Paris

10h/13h – LE DANGER DE L’ÂME – Anna DEGO, Public Mixte – Prix : 50€
Dans ce travail, le langage de la danse rencontre celui du théâtre, créant un lien original, autonome. Un voyage autour de la Tarentelle, danse traditionnelle des régions du sud de l’Italie, dont l’origine provient des rites antiques dionysiaques et du culte des mystères répandus autour du bassin méditerranéen.
14h30/16h30 – BERCER LE MONDE – Joséphine LAZZARINO, Public Mixte – Prix : 35€
L’expression orale des femmes est riche à la fois de cris et d’écrits : histoires, anecdotes et chants. Ces rencontres vont développer un parcours de nourriture de l’âme, un voyage dans les mémoires et les identités… A partir du premier chant, pour se reconnecter à sa propre naissance, au voyage entre la vie et la mort, par les lamentations et les rituels qui accompagnent… Ce potentiel présent dans tout rite et dans toute cure, trouve son processus générateur des espaces de connaissance inexplorés entre voix et corps.
17h/19h – DE LA LAMENTATION A LA TRANSE – Saïda NAÏT-BOUDA, Public Mixte – Prix : 35€
Danseuse et chorégraphe nourrie aux sources des danses rituelles en Afrique du Nord, Saïda Naït-Bouda nous propose ici une expérience qui s’inspire des danses de guérisons. Très ancré à la terre, le mouvement répétitif, collectif relié aux éléments cosmiques, libère nos tensions et renouvellent nos énergies. Peu à peu chacun-e de nous pratique “l’art des larmes”.
TRANS-IRE

Info : tél. 06 59 95 13 51
reexister@gmail.com

TRANS-IRE

TRANS-IRE

INAUGURATION Samedi, 12 octobre 2019 Paris – Mairie du 2ème arr. 8,rue de la Banque – 75002 Paris

de 16h00 à 19h00 DISCUSSION autour du DERNIER PASSAGE, les rituels de la mort. Dans notre culture méditerranéenne, les rites de deuil sont associés à un ensemble de manifestations émotionnelles : chanteuses et « pleureuses » y participent…

Avec Giovanna MARINI, ethnomusicologue et compositrice Alfredo ANCORA, psychiatre transculturel et d’autres invités…
19h30 Apéro/concert : Giovanna MARINI et les chants-rituels de l’Italie du Sud
Dimanche, 13 octobre 2019 Centre de Danse du Marais 41 Rue du Temple, 75004 Paris LE DANGER DE L’ÂME – Anna DEGO, de 10h à 13h Dans ce travail, le langage de la danse rencontre celui du théâtre, créant un lien original, autonome. Un voyage autour de la Tarentelle, danse traditionnelle des régions du sud de l’Italie, dont l’origine provient des rites antiques dionysiaques et du culte des mystères répandus autour du bassin méditerranéen.
BERCER LE MONDE – Joséphine LAZZARINO, de 14h30 à 16h30 L’expression orale des femmes est riche à la fois de cris et d’écrits : histoires, anecdotes et chants. Ces rencontres vont développer un parcours de nourriture de l’âme, un voyage dans les mémoires et les identités… A partir du premier chant, pour se reconnecter à sa propre naissance, au voyage entre la vie et la mort, par les lamentations et les rituels qui accompagnent… Ce potentiel présent dans tout rite et dans toute cure, trouve son processus générateur des espaces de connaissance inexplorés entre voix et corps.
DE LA LAMENTATION A LA TRANSE – Saïda NAÏT-BOUDA, de 17h à 19h Danseuse et chorégraphe nourrie aux sources des danses rituelles en Afrique du Nord, Saïda Naït-Bouda nous propose ici une expérience qui s’inspire des danses de guérisons. Très ancré à la terre, le mouvement répétitif, collectif relié aux éléments cosmiques, libère nos tensions et renouvellent nos énergies. Peu à peu chacun-e de nous pratique “l’art des larmes”.

TRANS-IRE

TRANS-IRE

INAUGURATION

Université Populaire TRANS-IRE Ernesto DE MARTINO – Diego CARPITELLA
TRANSMISSION des SAVOIRS et des MODALITES TRANSCULTURELS

12 et 13 octobre 2019

Info : reexister@gmail.com https://demartinocarpitella.blogspot.com/

2

TRANS-IRE

Métaphore de la rencontre par ses voix, ses religions, sa nourriture, cette université populaire nait à Paris visant à la recherche, la collecte, la sauvegarde et la transmission des rituels de passage, des traditions de guérison et des cultures thérapeutiques… Cette transmission est millénaire, ancrée dans le sacré d’une terre entre l’eau bénite et l’eau salée.
TRANS-IRE S’intéresse aux passages tels la naissance, l’endormissement, la peur, la possession, le dépaysement, la migration, la transe, le clivage culturel, la maladie, la torture, la cure, la magie, la honte, la mort… et les violences qui souvent y sont associées. Les pratiques qu’on y développe s’appuient sur le corps et la voix : l’expression vocale polyphonique (résultat de la rencontre), la voix de l’âme et l’expression corporelle, alchimie partagée entre gestuelle et danse.

CALENDRIER 2019-20 12/13 octobre 2019 : Le dernier passage 25/26 janvier 2020 : La berceuse, première danse 25/26 avril 2020 : Sacralité et virginité 27/28/29 juin 2020, Saint Paul : Les rituels de guérison
CALENDRIER 2020-21 17/18 octobre 2020 : Colonisation et décolonisation 23/24 janvier 2021 : Passage de frontière et violence des passages 24/25 avril 2021 : Le passage à l’âge adulte 26/27/29 juin 2021, Saint Paul : Les rituels de guérison 2
CALENDRIER 2021-22 16/17 octobre 2020 : La crise de la présence et la dissociation 22/23 janvier 2021 : Les naissances d’une vie 2/3 avril 2021 : La honte et la vergogne 25/26/29 juin 2021, Saint Paul : Les rituels de guérison 3

3

Ernesto de Martino, historien des religions, expliquait le phénomène comme veiné de syncrétismes : il voyait la transe comme une éventualité émotive induite par le paroxysme de la musique et de la danse. Son concept dela « crise de la présence » qui caractérise les conditions de précarité de l’être humain et de son être historique, est encore actuel et peut concerner aussi l’ère post-moderne.
Diego Carpitella, ethnomusicologue, parlait d’exorcisme choréo-musical, affrontant la question de l’ethnologie d’urgence qui concerne les rapports entre sociétés complexes et sociétés traditionnelles : Notre planète s’est transformée si rapidement qu’elle court le risque de perdre son identité.
La terre du tarentisme selon Kaspar Schott « Magia universalis naturae et artis » (Bambergae 1659)

Les Fondateurs

Morena CAMPANI. Architecte de formation, elle poursuit une recherche créative sur l’espace et les disciplines qui collaborent à l’harmonie de cet espace. Installée depuis 2003 en France elle abandonne l’architecture toute de suite après le projet de la maison de Dario Fo. C’est à partir de cette rencontre que son obsession du partage des savoirs la pousse à s’intéresser à la transmission et aux moyens de transmission. Toujours à la recherche d’expressions complémentaires abordant la question de la mémoire, des valeurs, de l’espace et du temps, elle poursuit l’éloge du pluridisciplinaire.

Joséphine LAZZARINO. Née à Paris, où elle vit et travaille, de père sicilien et mère andalouse. L’enseignement de Giovanna Marini, avec laquelle elle a travaillé pendant plus de dix ans, lui a permis de retrouver ses racines, et de concevoir ses recherches musicales dans le cadre des traditions de la Méditerranée populaire, qu’elle-même définit comme « Méditerranée de la mémoire ». En 1996 elle a crée avec quatre autres artistes le Groupe Passio, dont le répertoire se compose de chants sacrés de la tradition de l’Italie du Sud, en particuliers ceux de la Semaine Sainte et de la Passion du Christ. Elle est musicothérapeute à l’hôpital des enfants malades Necker de Paris et anime des ateliers divers.

Alfredo ANCORA. Psychiatre et psychothérapeute italien, originaire des Pouilles, il s’occupe de sujets transculturels en Italie et dans le monde entier en cherchant des façons de « soigner autrement ». Il enseigne psychiatrie transculturelle à l’Université de Sienne et il est membre de l’International Society for Academic Research on Shamanism (ISARS).
4

60 ans après « la terre du remords » 60 ans après l’expérience du tarentisme de juin 1959, l’ancien rite paysan caractérisé par la tarantula, étudié par l’équipe d’Ernesto De Martino dans le Salento (le sud des Pouilles) 60 ans après le passage de la culture du mal-être (l’araignée qui mord et empoisonne) au bien-être (la musique et la danse, la pizzica) par le pouvoir extatique et thérapeutique
TRANS-IRE
L’élément de départ de nos recherches est le phénomène de « transe » , ce modèle thérapeutique qu’on retrouve dans le tarentisme, la derdeba maghrébine, le zar éthiopien, le ndoep sénégalais, le chamanisme et d’autres phénomènes

En 2010, empeignée des transmissions reçues, j’ai commencé à rencontrer des guérisseurs en Méditerranée et à les filmer. Ce patrimoine de connaissances, savoirs, pratiques et rituels est rendu très vulnérable et plusieurs facteurs contribuent à leur disparition. UNESCO a justement reconnu l’importance de sauvegarder et de transmettre l’immense Patrimoine Immatériel qui révèle le caractère unique et original de chaque groupe social. Ce Patrimoine Immatériel se rapporte aux expressions des classes populaires qui sont inscrites dans les traditions orales, les arts du spectacle, les fêtes et le savoir des confréries artisanales. Ce patrimoine constitue le noyau commun de la diversité culturelle. Il est reconnu que la mémoire corporelle, l’écoute, la capacité à transmettre, sont essentielles dans des sociétés sans écriture, elles sont enseignées à travers le chant et la danse, en particulier au cours de fêtes qui rassemblent les générations. Voilà pourquoi TRANS-IRE… qui insiste sur la nécessité de définir une méthodologie pour la reconnaissance des valeurs populaires.

TRANS-IRE

veut répondre au problème spécifique et actuel de stimuler l’échange inter-culturel pour aboutir à l’enrichissement mutuel et à la reconnaissance de certaines matrices communes. Enfin, la participation de la population aux processus culturels nous permet de s’interroger légitimement sur les passages fondamentaux et ces que devient la tradition aujourd’hui, sur les perspectives qui se dessinent pour elle demain, en particulier dans certains pays.
Il a écrit plusieurs livres et publications.
5

Morena Campani
Programme Samedi, 12 octobre 2019 Mairie du 2ème arrondissement de Paris 8,rue de la Banque – 75002 Paris

de 16h00 INAUGURATION

DISCUSSION autour du DERNIER PASSAGE les rituels de la mort avec Giovanna MARINI, ethnomusicologue et compositrice Alfredo ANCORA, psychiatre transculturel et d’autres invités…
Dans notre culture méditerranéenne, les rites de deuil sont associés à un ensemble de manifestations émotionnelles : chanteuses et « pleureuses » y participent…

de 19h30 à 21h00 apéro/concert : Giovanna MARINI et les chants-rituels de l’Italie du Sud

L’ARCHIVE : A partir de cette expérience est nait l’ Archive PASSEURS DE GUERISON qui sera consultable dans le cadre de l’Université Populaire.

Rituels autour du DERNIER PASSAGE (Italie du Sud)
6

Dimanche, 13 octobre 2019 Centre de Danse du Marais 41 Rue du Temple, 75004 Paris LE DANGER DE L’ÂME – Anna DEGO, de 10h à 13h Dans ce travail, le langage de la danse rencontre celui du théâtre, créant un lien original, autonome. Un voyage autour de la Tarentelle, danse traditionnelle des régions du sud de l’Italie, dont l’origine provient des rites antiques dionysiaques et du culte des mystères répandus autour du bassin méditerranéen.
BERCER LE MONDE – Joséphine LAZZARINO, de 14h30 à 16h30 L’expression orale des femmes est riche à la fois de cris et d’écrits : histoires, anecdotes et chants. Ces rencontres vont développer un parcours de nourriture de l’âme, un voyage dans les mémoires et les identités… A partir du premier chant, pour se reconnecter à sa propre naissance, au voyage entre la vie et la mort, par les lamentations et les rituels qui accompagnent… Ce potentiel présent dans tout rite et dans toute cure, trouve son processus générateur des espaces de connaissance inexplorés entre voix et corps.
DE LA LAMENTATION A LA TRANSE – Saïda NAÏT-BOUDA, de 17h à 19h Danseuse et chorégraphe nourrie aux sources des danses rituelles en Afrique du Nord, Saïda Naït-Bouda nous propose ici une expérience qui s’inspire des danses de guérisons. Très ancré à la terre, le mouvement répétitif, collectif relié aux éléments cosmiques, libère nos tensions et renouvellent nos énergies. Peu à peu chacun-e de nous pratique “l’art des larmes”.

ORGANIGRAMME
– Comité d’honneur : Giovanna MARINI et Georges DIDI-HUBERMAN
– Comité scientifique, sous la direction de Alfredo ANCORA (Co-fondateur) : Joëlle Aden, Laure Adler, Sorour Asmaï, Marina Bakhmatova, Martina A. Catella, Sara Carpitella, Erminia Colucci, Ghita El Khayat, Bernard Golse, Ghada Hatem, Rémi Hess, Chérif Khaznadar, Marie Lecomte-Tilouine, Paul Martino, Théodora Psychoyou, Pauline Schmitt-Pantel, France Schott-Billmann, Viviane Thibaudier, Christian Tremblay, Francesco Vacchiano, Catherine Wihtol de Wenden, Lyubomir Zlatev
– Comité de pilotage : Mariette Barret, Marta Carmassi, Arnold Castelain, Sara Colonna, Olivia Hicks, Pierre Lafitte, Nathalie Marchât, Marianne Minder, Elisabetta Mastromarino, Valentin Schaepelynck
– Intervenants ateliers : Valeria Cimo’, Anna Dego, Lucilla Galeazzi, Nora Idir, Marie-France Jaunet, Joséphine Lazzarino, Saïda Naït-Bouda, Yerso
– Vice-Présidente/Co-Fondatrice : Joséphine Lazzarino – Présidente/Fondatrice : Morena Campani
7

LES FORMATIONS
L’Université Populaire TRANS-IRE organise ses formations en trois modules : 1) Libre choix – Participation selon disponibilités et tarifs 2) C.D.T. Cours de formation de la durée d’un an pour obtenir un « Certificat de démarche Transculturelles » validé par le Comité scientifique de TRANS-IRE 3) C.O.T. Cours de formation spécialisé de la durée de 3 ans pour obtenir un « Certificat d’Opérateur Transculturel » validé par le Comité scientifique de TRANS-IRE
LES TARIFS – Inscription : La carte annuelle donne accès à toutes les CONFERENCES et aux GROUPES de travail (+ newsletter, etc.) Cotisation : 120 € Tarif étudiant/chômeur/retraité : 60 €
– ATELIERS pratique : « Le danger de l’âme » 50 € « Bercer le monde » 35 € « De la lamentation à la transe » 35€

LES PARTENAIRES
Association de rencontres chamaniques « Where eagles fly », Rome Hôpital Universitaire NECKER des enfants malades, Paris Mairie du 2ème arrondissement – PARIS Fondation Anna LINDH Centre Danse du Marais, Paris Istituto Ernesto DE MARTINO, Florence
EN COURS : Université Paris VIII MSH Paris Nord LES CAHIERS DE L’UNIVERSITE POPULAIRE « PASSEURS DE GUERISON » Partenaire Editorial : Les Editions L’Harmattan mettront à disposition son expérience pour publier la collection complète des « CAHIER + VOD », une collecti

NOTIZIE

Promozione antologie compri cinque e paghi 2

La struttura del MiBACT

ArtCity2019 ARTE, MUSICA E SPETTACOLI NEI SITI DEL POLO MUSEALE DEL LAZIO

DILA

Hits: 14

Lascia un commento